Les 5 points essentiels pour bien comprendre la blockchain

blockchain-image

Malgré l’extrême jeunesse de ce blog, je l’ai déjà dit et répété : la blockchain est une technologie complexe. Mais internet est aussi une technologie loin d’être accessible à tous ! Taper une URL, rien de plus simple. Mais faites un simple ctrl + U sur la page et beaucoup restent bloqués rien que pas la vision du langage HTML ! Il faut alors se dire que la blockchain, c’est un peu la même chose : on n’a pas besoin de maîtriser la technique pour pouvoir l’utiliser.

La technologie n’en est aujourd’hui qu’a ses débuts. Mis à part le bitcoin, elle n’a pas de réalité concrète connue du grand public et, en conséquence, elle paraît incompréhensible aux yeux du grand public. Il n’y a pourtant que 5 points-clés à connaître pour maîtriser la finalité de la technologie.

La blockchain est une « super-révolution » numérique au sein de la révolution numérique

Ce point est, à la fois, essentiel, simple et complexe. Il est essentiel car l’on ne parlerait pas autant de la blockchain et du bitcoin s’ils n’étaient que des évolutions classiques du progrès technologique. L’invention du smartphone fut une évolution très importante dans le monde de la téléphonie mais, à mon sens, il ne s’agit pas d’une révolution car les applis ne sont que des sites internet adaptés au téléphone. De son côté, la blockchain a le potentiel pour révolutionner la société dans son ensemble, peu importe le secteur.

La technologie est simple car elle permettrait de se passer du tiers de confiance (on y vient). Elle faciliterait la vie au quotidien. Mais elle est complexe car elle repose sur un algorithme et une façon de fonctionner qui n’est pas accessible au grand public. Elle est même plus complexe que le protocole internet TCP/IP qui relève du langage intergalactique pour beaucoup. C’est la raison pour laquelle une certaine méfiance règne autour du concept et de son fer de lance, le bitcoin.

La blockchain n’est pas une technologie nouvelle

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la blockchain n’est pas une technologie récemment sortie du chapeau de  développeurs.

La technique derrière la blockchain est la cryptographie et les premiers travaux sur des chaînes de blocs sécurisés datent du tournant des années 1990 ! Quelques années après, il a été démontré qu’il était possible de rassembler plusieurs documents dans un seul et même bloc grâce à la technique de l’arbre de Merkle, appelé également arbre de hachage.

Je ne souhaite pas m’aventurer plus loin dans un article court comme celui-ci mais aussi parce que je ne maîtrise pas encore bien ces techniques pour me permettre d’écrire longuement dessus. Toujours est-il que le bitcoin n’est autre que la mise en pratique de ces développements et que le hachage reste une technique centrale de la blockchain. Je promets un jour de développer sur cet arbre de hachage…

La confiance est l’innovation principale apportée par la blockchain

La blockchain ne révolutionne pas en elle-même la monnaie : la devise reste un moyen d’échange entre deux entités, personnes physiques ou morales, dans le but de valider une transaction quelconque. Lorsque A achète un téléphone à B et le paie en bitcoin, la monnaie échangée a la même finalité que l’euro ou le dollar en permettant l’échange du bien contre une valeur prédéfinie.

L’innovation principale de la blockchain est que cet échange est révolutionné en supprimant ce que l’on appelle communément le tiers de confiance. Aujourd’hui, en achetant votre téléphone, peu importe le moyen de paiement, il y a toujours 2 banques derrière l’échange : la vôtre pour valider la transaction et celle du vendeur pour réceptionner la transaction. Avec la blockchain, la transaction est validée en utilisant la cryptographie. Cette dernière garantit la sécurité de l’échange. La transaction est ensuite « placée » dans un registre distrubué, accessible à tous et réputée infalsifiable. Tout un chacun peut alors vérifier la transaction de n’importe où grâce à une connexion internet. On va donc bien plus loin que la décentralisation car cette dernière suppose qu’il y ait toujours un serveur central. Cette petite image résume bien la différence entre centralisation, décentralisation et distribution.

En résumant aussi basiquement, je vais sûrement faire bondir à la fois les techniciens qui diront que je simplifie trop et les autres qui n’en comprennent pas forcément le fonctionnement.

Le tiers de confiance apporte la… confiance dans la transaction. Auriez-vous confiance au vendeur s’il avait le pouvoir de débiter votre compte lorsque vous lui achetez un produit ? Pas forcément et c’est l’une des raisons pour lesquelles les banques existent. Elles sont l’intermédiaire entre un acheteur et un vendeur et s’assurent de la validité et de l’authenticité de la transaction. La blockchain supprime cet écueil grâce à la cryptographie.

Si le secteur bancaire est le plus couramment cité, d’autres sont aussi amenés à évoluer grâce à la blockchain. Je prendrai juste l’exemple des notaires chargés, entre autres, de conserver les actes authentiques de vente d’immeuble. Le citoyen a donc confiance en son notaire lorsqu’il conserve l’acte. Avec la blockchain, une base de données décentralisée, accessible à tous et infalsifiable, quelle serait l’utilité des notaires pour conserver les actes ? Pour ces officiers publics, la blockchain est source d’inquiétude mais ce vieux métier, que certains considèrent dépassé par le monde du XXIème siècle, a aussi pris les devants et souhaite participer à sa refondation.

La confiance est donc le maître-mot de la blockchain car elle permet de valider les transactions. J’ai été un peu vite sur ce point, j’en conviens mais j’aurai l’occasion d’y revenir très souvent.

La blockchain n’est pas la suite d’internet

La facilité irait vers cette affirmation qui, en soit, n’est pas d’une incohérence absolue. Internet a été la première révolution numérique, la blockchain est la « super-révolution » numérique. On peut y trouver des similarités et lier ces deux technologies. D’ailleurs, sans connexion internet, on aurait bien des difficultés à faire fonctionner la blockchain. Mais la comparaison s’arrête là.

La blockchain n’est pas la sous-branche d’une branche, c’est une nouvelle branche d’un tronc d’arbre voire un nouvel arbre. Là où internet permet de stocker des informations, de communiquer plus aisément avec n’importe qui dans le monde entier, de faire ses courses et d’échanger des documents, la blockchain dépasse tout ça : elle permet d’échanger de la valeur. Même si vous êtes « rebelle » et que vous utilisez TransferWise ou Worldremit pour envoyer de l’argent sur un compte étranger afin d’éviter les frais bancaires exorbitants, la blockchain rendra caduque des disrupteurs comme ces deux start-ups puisque l’échange sera uniquement entre A et B, sans passer par C pour valider la transaction. Au passage, C passe aussi par D et E, les banques de A et B. Donc, au lieu de 5 parties à la transaction, la blockchain permet de passer à 2 !

Internet ne conserve aucun document authentique, contrairement à la blockchain. Ainsi, lorsque vous transmettez un document quelconque, c’est toujours une copie. L’original est avec vous, en papier ou sur votre ordinateur. Avec la blockchain, tout le monde a accès à l’original et la valeur authentique est incontestable.

Le bitcoin n’est qu’une blockchain parmi d’autres

La monnaie créée en 2009 est peut-être plus connue que la technologie qu’il y a derrière. C’est bien normal car le bitcoin est, de loin, la blockchain la plus avancée. Pour faire simple, elle est même la seule à être accessible à tous avec les autres cryptomonnaies.

Cryptomonnaie ? Le bitcoin est une blockchain à part entière avec une cryptographie, des transactions validées par des clés de décryptage, intégrées dans une base de données décentralisée, sécurisée, infalsifiable et accessible à tous. La banque devient alors inutile car l’échange est pair-à-pair (peer-to-peer ou P2P pour les puristes) et validé par la blockchain (preuve de travail, preuve d’enjeu, minage, etc… on y reviendra !).

Le bitcoin n’est donc pas LA blockchain mais UNE blockchain.

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire