Bitcoin Cash : origines, naissance, caractéristiques

bitcoin-cash-logo

Ah, le fameux Bitcoin Cash (BCH) ! La seule crypto-monnaie dissidente ayant le privilège d’avoir son article dédié sur ce blog. Et pour cause, elle est issue du schisme (hard fork) le plus célèbre qu’ait connu le monde des crypto-monnaies.

Le Bitcoin Cash ne fait pas l’unanimité pour lui ou contre lui. Non, ce n’est pas le RippleLes avis sont très partagés. D’un côté, les partisans du Bitcoin Cash, estimant qu’il est vrai Bitcoin et une amélioration technique par rapport au BTC. D’un autre côté, ceux estimant qu’il est un problème, une ombre au BTC et qu’il n’est là que pour diviser.

La rédaction d’un article neutre va donc s’avérer encore plus difficile que pour le Ripple ! L’objectif n’est pas de trancher le débat sur la véracité du BCH ou la division qu’il provoque. Il est plutôt nécessaire d’évoquer les raisons de sa naissance et en quoi il diffère du BTC.

A titre informatif, le Bitcoin Gold (BCG), né fin 2017, est issu d’un autre schisme de la blockchain Bitcoin. Toutefois, il est très confidentiel et n’aura pas d’article dédié.

Origines du Bitcoin Cash

Bien entendu, il n’est pas opportun de différencier les origines antiques du Bitcoin Cash de celles du Bitcoin. Je vous renvoie donc à l’article sur le Bitcoin pour les origines jusqu’à l’année 2017.

Juillet 2017 : le protocole Bitcoin fait de plus en plus parler de lui auprès du grand public. Les grands médias réalisent des reportages, notamment parce que sa valeur explose. La demande s’accroît et elle est accompagnée par la lenteur du réseau qui ne peut supporter la montée des transactions. En conséquence, la validation d’une transaction prend plus de temps et coûte plus cher en frais.

Voici, en résumé, le fameux problème de la scalabilité du Bitcoin. Comment être aussi efficace, rapide et peu cher, qu’il y ait 10 transactions par seconde ou 1000 ? Pour certains, ce problème ne peut être résolu que par l’augmentation de la taille des blocs. Pour d’autres, augmenter cette taille des blocs serait une rupture avec le protocole imaginé par Satoshi Nakamoto et une possible atteinte à la décentralisation du Bitcoin.

Tout d’abord, faisons simple : les blocs enregistrent les transactions. Chaque bloc est créé toutes les 10 minutes. La taille de chaque bloc est d’un 1 Mo dans le protocole originel (elle est désormais à 2 Mo). Or, les partisans du Bitcoin Cash demandent une augmentation à 8 Mo ! Ces derniers estiment qu’en augmentant la taille des blocs, le réseau serait plus fluide. En effet, en passant à 8 Mo, 8 fois plus de transactions seraient validées en 10 minutes. En y regardant de plus près, les deux parties qui s’opposent ont toutes les deux raisons. Augmenter la taille des blocs permet d’augmenter la scalabilité mais présente aussi des risques ! Il est donc difficile d’arriver à un consensus objectif. D’autant que la taille des blocs n’est pas l’unique problème de la scalabilité… mais restons sur le sujet Bitcoin Cash.

Bien que concernant une petite période en temps, la création de Bitcoin Cash pourrait être assez longue à raconter. Je vais rester sur l’essentiel. En juillet 2017, la grande majorité des pools de minage a voté pour intégrer une technologie connue sous le nom de Segregated Witness (SegWit2x). SegWit2x réduit la quantité de données à vérifier dans chaque bloc, en supprimant les données de signature du bloc de données qui doit être traité dans chaque transaction, et en l’attachant dans un bloc étendu. En d’autres termes, les transactions seraient validées plus rapidement et moins chères.

Cependant, une minorité de pools ont exprimé des réserves quant à l’adoption de SegWit2X. Ils avaient l’impression que la mise à jour n’abordait pas le problème fondamental de l’évolutivité du protocole, et ne suivait pas la feuille de route initialement définie par Satoshi Nakamoto. En outre, le processus d’introduction de SegWit2x comme voie à suivre était tout sauf transparent, et l’on craignait que son introduction ne compromette la décentralisation et la démocratisation de la monnaie. Certains détracteurs de ces pools minoritaires estiment que le schisme fut provoqué car les frais de transaction allaient être réduits, entraînant une baisse de leur rémunération… Malgré la minorité des pools opposants, on trouverait toutefois Bitmain, qui a une certaine influence sur le petit monde du minage.

Malgré des tentatives de conciliation et, finalement, de manière surprenante car la médiation semblait en bonne voie, le schisme s’est produit et Bitcoin Cash fut créé au milieu de l’été 2017.

Naissance de Bitcoin Cash

C’est le 2 août que fut initié le schisme par ces mineurs et développeurs appartenant aux pools minoritaires. Ce schisme est l’acte de naisssance du Bitcoin Cash. Il est, de loin, le plus célèbre des hard forks de la blockchain Bitcoin et de toutes les crypto-monnaies en général.

Depuis sa création, le bitcoin cash, en tant que crypto-monnaie, fait partie des plus importantes capitalisations. Elle est la seule crypto née d’un hard fork à avoir réussi à s’intégrer avec les « historiques ».

Vous trouverez le site officiel du Bitcoin Cash en cliquant sur ce lien.

Caractéristiques du Bitcoin Cash

Le Bitcoin Cash présente certaines caractéristiques déjà évoquées plus haut dans cet article. Il est essentiel de comprendre en détail les différences avec le Bitcoin car ce sont elles qui ont provoqué le schisme.

La première différence, la plus connue, est la taille des blocs. Bitcoin Cash a implanté une taille de bloc augmentée jusqu’à 8 Mo, pour accélérer le processus de vérification. Il n’est pas exclu que cette limite à 8 Mo ne soit qu’une première étape.

La seconde différence est la prévention d’éventuels schismes dans la futur. Pour certains mineurs BCH, le hard fork serait inéluctable à un moment donné et tout a été prévu pour qu’un schisme n’ait qu’un impact minime. D’une part, il n’aboutirait pas à la création d’une nouvelle crypto-monnaie. D’autre part, les deux chaînes continueraient à communiquer entre elles.

La troisième différence, liée aux deux premières, est un niveau de difficulté réglable afin, d’une part, d’assurer la survie de la chaîne et, d’autre part, la vitesse de vérification des transactions, quel que soit le nombre de mineurs qui la supportent. Ce dernier point, complexe à saisir, a soulevé des inquiétudes quant à la sécurité de Bitcoin Cash.

Pour le reste, Bitcoin Cash est plus rapide et moins cher que le protocole Bitcoin pour deux raisons : la taille des blocs et le nombre de transactions bien inférieur.

Mais, ne soyez pas dans l’erreur : le bitcoin cash n’est pas une altcoin ! Le BCH est un Bitcoin dérivé. Certes, certaines caractéristiques diffèrent mais il est très facile, pour une personne lambda, de confondre les deux puisque, au fond, il s’agit de la même crypto-monnaie. Il n’y a qu’à comparer les logos

Conclusion

Tirer des conclusions sur le Bitcoin Cash n’est pas aisé. Il est difficile de prévoir ce qu’il adviendra de la crypto-monnaie dissidente du Bitcoin.

Sa difficulté principale est qu’elle ne peut qu’engendrer que de la confusion auprès du grand public, qui ne saura pas différencier le BTC et le BCH. Surtout, il est arrivé que les spéculateurs « s’amusent » à faire exploser la valeur du BCH sur 1 journée, faisant chuter temporairement la valeur du BTC… Rien d’amusant quand on voit l’emballement de certains médias à chaque chute de la valeur du Bitcoin ! 

Je prends donc le risque de dire que cet article deviendra obsolète un jour. Non, deux protocoles Bitcoin ne peuvent survivre l’un face à l’autre. L’une des deux devra s’imposer. Et je prends les paris que le Bitcoin originel survivra… en reprenant certaines caractéristiques du BCH ! Car, ne soyons pas dupes : les caractéristiques techniques du BCH sont plus intéressantes pour la recherche de scalabilité du protocole Bitcoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *