3 livres pour bien comprendre la blockchain !

blockchain-image-2

La littérature francophone sur la blockchain se développe de plus en plus tandis que la technologie était, il y a encore peu de temps, l’affaire de spécialistes ou en aisance avec la langue anglaise. Et c’est une bonne chose !

Pour bien commencer l’année, j’ai retenu 3 ouvrages afin de vous les présenter rapidement, les différencier, donner le point fort de chacun :

Bon, je n’ai pas cherché très loin, ce sont ceux qui sont apparus le plus rapidement dans mes recherches ! Tous les 3 sont récents, de très bonne qualité et permettent de bien appréhender la technologie. Les 3 livres sont, selon moi, complémentaires car, si la thématique centrale reste la même, la structure diffère sensiblement. Partons à la découverte de la littérature blockchain !

En préambule, je précise que je ne voulais faire un billet trop long que les lecteurs n’ont pas envie de lire. C’est pour cela que certains aspects abordés par les auteurs ne sont pas évoqués. J’ai simplement retenu ce qui faisait, à mon sens, le plus de chaque ouvrage, cette partie qui fera que les trois soient complémentaires et non pas concurrents. Je m’excuse donc par avance auprès des lecteurs restant sur leur faim voire des auteurs s’ils estiment que mes exemples sont mal choisis. Mais il s’agit d’un véritable ressenti très subjectif, il faut bien donner son avis quelque part 🙂

Qui sont les auteurs ?

Il n’est pas exagéré de considérer les 3 auteurs comme faisant partie des meilleurs experts francophones en la matière. Laurent Leloup est président et co-fondateur de l’association France Blocktech, et directeur de la publication du quotidien en ligne Finyear. Philippe Rodriguez est fondateur et associé de la société Avolta Partners, et président de l’association Bitcoin France. Stéphane Loignon est journaliste du Parisien, probablement le meilleur spécialiste de la profession sur la blockchain. Bref, 3 « poids-lourds » du secteur !

De par leur fonction différente, les 3 auteurs évoquent le même sujet mais ne l’abordent pas de la même façon. C’est cette différenciation qui rend les 3 livres passionnants dont la lecture s’enchaîne très facilement.

 

Philippe Rodriguez, pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les origines et l’histoire de la blockchain

Ceux qui me connaissent déjà et qui ont lu mon blog de voyage Visa Sans Détour savent que l’Histoire (avec un grand H !) est une discipline que j’apprécie tout particulièrement. L’histoire de la blockchain n’y échappe pas. Mais… quelle histoire me direz-vous ? La technologie est si jeune !

La particularité du livre de Philippe Rodriguez, ce sont de longs développements sur l’histoire de la monnaie et de la cryptographie. L’auteur n’hésite pas à consacrer des dizaines de pages sur la naissance des monnaies. On y apprend par exemple l’existence de l’incroyable monnaie de l’île de Yap, aujourd’hui membre des Etats fédérés de Micronésie, une roue de pierre appelée Rai ! De même, il consacre de longs paragraphes à la cryptographie en évoquant le Britannique Alan Turing, que certains considèrent comme l’inventeur de la spécialité lors de la Seconde Guerre mondiale, un génie au destin tragique.

Il s’agit pour moi du véritable point fort de ce livre, cette approche historique, passionnante et surtout qui nous cultive ! Certains pourraient considérer, à juste titre, que cette partie historique est un peu longue car elle occupe bien 30 % de la totalité de l’ouvrage.

De même, Philippe Rodriguez est le seul auteur qui retrace de manière détaillée l’histoire de la naissance du Bitcoin, en évoquant longuement les ancêtres B-money et Bitgold, qui n’ont jamais abouti.

Laurent Leloup et Stéphane Loignon n’abordent pas, ou de manière bien moins détaillée, cette partie historique, même si Laurent Leloup consacre un paragraphe intéressant sur l’histoire de la cryptographie.

 

Laurent Leloup, pour ceux qui souhaitent développer ou approfondir leurs connaissances techniques

L’ouvrage de Laurent Leloup est celui qui apporte le plus d’éléments techniques et c’est probablement le livre qui intéressera le plus les développeurs. L’auteur est par exemple celui qui explicite le mieux la notion de scalabilité de la blockchain. Il est aussi celui qui différencie le plus clairement chaque type de blockchain : publique, privée ou hybride.

Pour ma part, le principal apport de l’ouvrage de Laurent Leloup est qu’il est le seul à différencier la blockchain des protocoles de consensus distribués, différence que ne font pas, du moins explicitement, les 2 autres. Il faut dire que la distinction est assez mince : la chaîne de blocs (blockchain) serait une partie du protocole de registre distribué. L’auteur prend alors l’exemple du Bitcoin : la sécurité et la décentralisation de sa blockchain proviendraient « des propriétés de son algorithme de consensus distribué… et non de l’aspect chaînage des blocs« . Cette différenciation est présente tout au long du livre.

De même, je pense que Laurent Leloup est l’auteur le plus complet sur les DAO (Decentralized Autonomous Organisation – Organisation Autonome Décentralisée) qui sont, pour moi, les entreprises du futur (mais si l’expérience a pour l’instant mal tourné). C’est une opinion très subjective car Philippe Rodriguez aborde également longuement les DAO et les « vulgarise » assez bien ! Enfin, Laurent Leloup va au-delà du Bitcoin et de l’Ether dans les crypto-monnaies en évoquant une petite dizaine d’entre elles.

 

Stéphane Loignon, pour ceux qui aiment l’approche didactique et les exemples concrets

L’ouvrage de Stéphane Loignon est le plus long, notamment parce qu’il donne une multitude d’exemples. Sa deuxième partie est entièrement consacrée aux applications futures et potentielles de la blockchain. Il n’oublie rien et cette approche est parfaite pour ceux qui aiment les exemples concrets. Stéphane Loignon est le seul à parler du marché dit prédictif (faire des paris sur l’avenir et le gagnant est payé en crypto-monnaie)

Sa fonction de journaliste l’aide également à parfaitement vulgariser la blockchain. Son livre se lit très simplement et l’auteur se permet même un prologue de science-fiction assez sympathique ! Ses explications sur les applications aux médias, et à la vie publique et démocratique, sont également très claires.

Stéphane Loignon aborde aussi la transformation du marché de l’emploi avec l’arrivée de la blockchain. Un paragraphe que l’on pourrait même intituler la destruction créatrice car c’est un peu la théorie de Schumpeter qui est évoquée.

Enfin, l’auteur aborde une partie fondamentale qui n’est pas mentionnée, ou très peu, par Laurent Leloup et Philippe Rodriguez : la souveraineté. Stéphane Loignon appelle l’Europe à se bouger pour éviter de revivre la gouvernance américain d’Internet. En effet, alors que le Web fut une invention européenne, celui-ci est tombée dans la niche américaine parce qu’elle y a mis les moyens. Stéphane Loignon ne semblant pas croire à une gouvernance totalement décentralisée de la blockchain, il souhaite que Bruxelles développe massivement les crédits pour l’investissement et la recherche dans le domaine.

 

Des sujets abordés de manière différente mais au contenu uniforme

Les questions juridiques posées par la blockchain sont très bien abordées par les 3 auteurs, peut-être de manière moins complète par Philippe Rodriguez car il ne regroupe pas ces questions dans un paragraphe unique. Néanmoins, les interrogations légales sont très nombreuses et l’on peut écrire des centaines d’articles sur une thématique différente… En tant que juriste, je veux moi-même y consacrer quelques billets !

Il en va de même pour le problème de l’importante consommation d’énergie engendrée par la blockchain Bitcoin (ou les blockchains validant les transactions en preuve de travail), les smart contracts, la blockchain Ethereum, les différences entre proof of work et proof of stake, etc. D’ailleurs, on peut reprocher aux 3 auteurs de considérer la problématique environnementale comme secondaire alors qu’elle est pour moi tout aussi essentielle que la sécurité et la protection de la vie privée.

L’approche est donc différente mais lire un seul des trois livres ne serait un problème pour ces thématiques évoquée ci-dessus.

 

Un problème à signaler ?

Les 3 livres sont de qualité, il n’y pas de problème important. L’on peut néanmoins émettre quelques remarques sur certains points précis.

L’ouvrage de Philippe Rodriguez évoque principalement les évolutions potentielles dans le monde de la finance, en passant trop rapidement les autres domaines.

De par son approche technique, Laurent Leloup peut perdre certaines personnes par moment et mentionne un peu trop rapidement les applications futures.

Au contraire, Stéphane Loignon dresse un inventaire à la Prévert des applications potentielles, rendant le livre un peu long.

Mais c’est vraiment pour chercher la petite bête !

 

Conclusion : quel livre choisir ?

Réponse simple : les trois mon général !

Oui, les trois apportent tous un plus. Les trois sont très complémentaires et se lisent facilement pour quelqu’un qui est très intéressé par le sujet. La blockchain, c’est complexe, en pleine évolution, c’est pour cela qu’il est important de diversifier ses lectures.

L’investissement peut rebuter certains, entre 45 et 60 € selon que vous preniez une version numérique (via les liens que j’ai laissés dans le premier paragraphe) ou papier. Il existe alors des bibliothèques municipales où les livres peuvent être empruntés. Mais pour un sujet si important, que représentent 60 € ?

J’ai pris beaucoup de plaisir en lisant ces ouvrages et j’ai surtout beaucoup appris. Ils sont passionnants… et je ne souhaite pas en choisir un des trois !

 

Mais si je veux en choisir qu’un seul ?

Si vraiment certains ne veulent n’en lire qu’un par manque de temps (ou plutôt par gestion des priorités comme j’aime dire qu’on ne peut pas gérer le temps !), voici pour moi ce qui ferait la différence.

Les techniciens et développeurs choisiront le livre de Laurent Leloup. Ceux qui veulent des exemples concrets choisiront Stéphane Loignon. Ceux veulent comprendre comment on en est arrivé là choisiront Philippe Rodriguez.

Bonne(s) lecture(s) !

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire