Actu : oui, le bitcoin est en crise !

bitcoin-image
Réseaux sociaux
RSS
Inscrivez-vous à la newsletter du blog !
Facebook
Facebook
LinkedIn

Les cryptomanes auront facilement remarqué que la valeur de leur(s) monnaie(s) fétiche(s) ou, le cas échéant, de leurs investissements, s’effondraient comme neige au soleil. Depuis plus d’une semaine, le bitcoin et quelques autres cryptomonnaies comme l’ethereum, ont perdu entre 20 et 50 % de leur valeur. Et l’optimisme n’est pas de mise pour les jours à venir… Certains ont alors pu hurler leur tirade anticrypto (au passage, il est d’ailleurs assez amusant de voir que les articles en français sur la crise actuelle sont inexistants), un peu les mêmes qui pensaient que l’internet grand public ne verrait jamais le jour. Néanmoins, il ne faut pas nier que le bitcoin est actuellement en crise. Comment en est-on arrivé là ? Je précise que c’est un sujet assez complexe et qu’il y a de nombreux termes en anglais qui n’ont pas traduction établie.

Une valeur en baisse continue face aux monnaies classiques

Au moment où j’écris ces lignes (16 juillet 2017), le bitcoin est à 1 700 € et l’ethereum 130 €. Des valeurs que l’on n’avait pas vues depuis plusieurs mois. Et surtout que l’on pensait derrière nous.

Comme toute valeur financière, la panique a envahi les “fans” et les investisseurs, certains ne sachant pas s’il faut vendre, attendre voire investir… À mon sens, bien que la situation varie fortement en fonction de ce que vous avez placé, il vaut mieux attendre tranquillement le 1er août.

Comment expliquer la crise ?

Beaucoup n’hésitent pas à employer le terme de guerre civile. Une situation qui n’est pas nouvelle et refait surface plusieurs mois après. Pour résumer en une phrase, le bitcoin peut se diviser en 2 entités : hard fork et soft fork. En quoi ? Explications…

Hard fork : la chaîne de blocs (ou blockchain…) se divise en deux livres distincts, en fonction d’un changement fondamental dans les règles régissant les protocoles du logiciel. En gros, les noeuds qui ne sont pas à jour du logiciel ne peuvent pas valider ceux qui l’ont été pour suivre les nouvelles règles du consensus. C’est comme si votre Windows 10 n’avait pas été mis à jour et que vous ne pouviez plus naviguer sur internet à cause de cela.

Soft fork : vous l’avez sans doute compris… les noeuds qui n’ont pas été mis à jour peuvent néanmoins valider ceux mis à jour. Si votre Windows 10 n’est pas à jour, vous pouvez toujours naviguer sur internet malgré tout.

Le problème de départ est simple : les transactions deviennent trop nombreuses pour les mineurs et une mise à jour du logiciel s’impose. Cette mise à jour doit être effectuée au plus tard le 1er août.

La communauté Bitcoin est alors divisée en 2 camps. Premièrement, le groupe Bitcoin Core, dont les transactions s’effectuent sous le code BTC, vise à résoudre le problème de la transaction en implémentant Segregated Witness (SegWit) pour augmenter la taille des blocs mais en la maintenant limitée, un principe de l’industrie Bitcoin depuis le départ.

Le deuxième camp s’appelle Bitcoin Unlimited (BU). Ce groupe veut supprimer toutes les restrictions sur la taille du bloc et, par conséquent, la capacité de transaction (hard fork). Cela semble être une solution assez simple au problème mais…

La “guerre” a été déclarée par Bitmain, l’un des leaders du minage (la façon dont les bitcoins sont validés, j’y reviendrai dans un autre article), lorsque celui-ci a souhaité lancer une UASF (user-activated hard fork). Cette annonce a été faite quelques semaines après que la majorité de l’industrie blockchain ait souhaité que SegWit soit une soft fork.

Quel est le problème de BIP 148 ?

La mise à jour, appelée BIP 148, est indispensable pour faire face à la montée des transactions. La soft fork a l’intérêt d’y aller molo (d’ou le soft…) alors que la hard est une rupture entre l’avant et l’après. Surtout, cette hard fork va à l’encontre de la philosophie du bitcoin et porte atteinte à sa nature décentralisée. La BU donnera en effet le pouvoir aux mineurs pouvant décider quand augmenter la taille du bloc, ce qui leur confèrent le contrôle implicite du réseau bitcoin. L’annonce de Bitmain d’activer une UASF a donc déclaré la “guerre”.

Certains mineurs “tradi” souhaitent alors boycotter ces pools (l’industrie du minage) exigeant cette hard fork. Problème : ces mineurs sont assez puissants et ont le pouvoir de casser littéralement l’industrie du bitcoin en refusant de valider les transactions. L’industrie serait alors divisée en 2 camps.

La crise est-elle irréversible ?

NON ! La mise à jour du logiciel est essentielle pour le développement de l’industrie du bitcoin car la version actuelle ne pourra pas supporter la croissance exponentielle des transactions.

Cette “guerre” et la potentielle division en 2 camps vont faire du mal au bitcoin et à d’autres cryptomonnaies. Sa valeur devrait continuer à s’effrondrer les premières semaines.

Mais, n’en déplaisent à certains, le bitcoin en sortira renforcé. L’un des camps perdra et la division du début laissera place à 1 seul vainqueur. Le bitcoin devrait alors voir sa valeur exploser. C’est l’histoire de beaucoup d’industries, entreprises, secteurs nouveaux qui voient des camps s’affronter jusqu’à que l’un ne s’efface. L’autre en ressort toujours plus puissant que ne l’était l’industrie avant lui.

C’est un pari que je fais après avoir analysé la situation et lu de nombreux articles sur le sujet… Mais, dans tous les cas, NE FAITES RIEN AVANT LE 1er AOÛT !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *