Ripple : origines, naissance, caractéristiques

ripple-coin
Réseaux sociaux
RSS
Inscrivez-vous à la newsletter du blog !
Facebook
Facebook
LinkedIn

Dans le petit monde des crypto-monnaies, le Ripple est source de grandes divergences. Pour certains, c’est la cryptomonnaie la plus adaptable à l’économie réelle et ses partenariats en sont la preuve. Pour d’autres, ce n’est même pas une crypto-monnaie qui s’est couchée devant les institutions financières !

L’idée d’un article critique, positive ou négative, à propos du Ripple est passionnante mais ce n’est pas le sujet ici. En toute transparence, je confesse être moi-même réticent devant cette crypto-monnaie mais l’article s’efforcera de garder un ton neutre.

Le Ripple (XRP) est avant-tout un protocole de paiement. Ainsi, comme vous le constaterez, ses caractéristiques diffèrent sensiblement de celles des autres cryptomonnaies. Néanmoins, elle est tellement proche du milieu et adossée à toutes les plateformes d’échange qu’il est impossible de l’en exclure.

Origines du Ripple

La particularité du Ripple est présente dès ses origines. En effet, certains seront probablement surpris d’apprendre qu’elles sont antérieures à celles du protocole Bitcoin ! En effet, si ce dernier a repris et amélioré les grandes lignes du BitGlod de Nick Szabo, le Ripple est une évolution continue de Ripplepay.

Ripplepay a été fondé en 2004 par le développeur canadien Ryan Fugger. L’objectif était alors de créer un système monétaire décentralisé pouvant habiliter les individus et communautés à créer leur propre monnaie. Vœu exaucé : Ripplepay fut rapidement élargi en tant que service financier fournissant des paiements sécurisés à destination des membres d’une communauté. Les échanges s’effectuent alors à travers un réseau universel.

Le principal défaut de Ripplepay était l’absence d’une monnaie universelle pour l’ensemble des membres du réseau. C’est alors qu’en mai 2011, encouragé par le succès du protocole Bitcoin, Jed McCaleb commença à développer une crypto-monnaie destinée aux échanges entre membres du réseau Ripplepay. L’objectif fut que toutes les transactions soient validées par consensus par l’ensemble des membres du réseau. Ainsi, le consensus proof-of-work fut écarté dès l’origine.

En août 2012, assisté de Chris Larsen, Jed McCaleb a convaincu Ryan Fugger de cette avancée et a fondé OpenCoin, acte de naissance du protocole Ripple.

Naissance du Ripple

L’objectif d’OpenCoin est plutôt clair : en tant que crypto-monnaie, le protocole Ripple doit surpasser le protocole Bitcoin.

Le protocole Ripple permet ainsi le transfert instantané et direct d’argent entre deux personnes. Il permet ainsi de contourner les frais et les temps d’attente du système bancaire traditionnel. En somme, Ripple serait alors plus un concurrent de l’Estonien TransferWise que du Bitcoin

Mais le Ripple permet aussi l’échange entre plusieurs devises traditionnelles mais aussi plusieurs crypto-monnaies et même certaines commodités comme l’or… et les miles aériens !

Dans une volonté de partenariat avec les institutions financières, la société OpenCoin a souhaité créer sa propre crypto-monnaie, baptisée XRP et désignée sous le nom de Ripple. Ce dernier est finalement assez similaire à son rival, le bitcoin. L’objectif est alors d’utiliser le ripple afin de permettre aux institutions financières de transférer de l’argent moyennant des frais et temps d’attente négligeables.

En juillet 2013, le protocole Ripple s’est rapproché de son rival Bitcoin avec la création de Bitcoin Bridge. Ce dernier permet aux utilisateurs du Ripple d’envoyer n’importe quelle monnaie vers une adresse bitcoin. Pratique ! C’est aussi la raison pour laquelle l’opposition originelle n’est plus aussi marquée.

Dans une volonté de mettre en avant sa crypto-monnaie, OpenCoin devient Ripple Labs en septembre 2013 et simplement Ripple en octobre 2015.

Caractéristiques du Ripple

Le Ripple est un actif complexe. D’une part, il faut désormais différencier l’entreprise Ripple (ex OpenCoin) du protocole Ripple. Quant à ce dernier, il est essentiellement représenté par sa crypto-monnaie. Bien entendu, il est impossible d’occulter les partenariats du Ripple lorsque l’on évoque ses caractéristiques.

Le ripple comme pont entre les actifs

La crypto-monnaie ripple est indissociable de son protocole. Elle sert de pont entre les autres actifs, qu’ils soient devises traditionnelles, crypto-monnaies ou commodités. Par exemple, si Michel veut être payé en bitcoin mais que Jean n’en a pas, Jean transmet des euros via le protocole Ripple et Michel recevra son paiement en bitcoin.

Un système de nœuds de validation

La première caractéristique à connaître est que le Ripple n’a pas de blockchain publique. C’est une différence fondamentale avec la blockchain Bitcoin. Comme le bitcoin, le protocole Ripple est un registre partagé commun. Mais, contraitement au Bitcoin, des nœuds valident les transactions, validation qui n’est donc pas réalisée par un réseau distribué de participants. Les nœuds en question ne sont pas nécessairement anonymes mais  peuvent appartenir à n’importe quoi, y compris banques ou institutions financières partenaires. Ces dernières peuvent donc participer à la validation des transactions. Aussi le protocole Ripple est centralisé et sous contrôle par l’entreprise du même nom, contrairement au réseau distribué du Bitcoin et sans contrôle central.

Le ripple a bien les caractéristiques d’une crypto-monnaie…

Le protocole Ripple utilise bien une blockchain mais on en sait peu sur elle… Nous savons simplement qu’il n’y a pas de preuve de travail ou de minage. Chaque ripple est simplement émis lorsqu’un besoin s’en ressent. Toute proportion gardée, c’est un peu la technique de la planche à billets. Le nombre de ripples en circulation est limité à 100 milliards. Ces 100 milliards existent déjà mais ne sont pas tous en circulation. Ainsi, c’est la raison pour laquelle le ripple est bien une crypto-monnaie car il en a les caractéristiques principales : actif numérique fondé sur une formule mathétique, le minage n’est pas techniquement exclu et il en existe un nombre limité. Toutefois, cette dernière caractéristique n’est pas présente chez toutes les crypto-monnaies.

… mais n’est pas utilisé comme une crypto-monnaie

Comme on l’a vu, le protocole Ripple a été conçu dès l’origine comme un système de transfert d’actifs (tout actif, même les miles aériens…). L’idée est de pouvoir transférer ces actifs avec des transactions instantanées et sécurisées. Le protocole Ripple a donc vite séduit les banques et institutions financières qui y voyaient là un développement de leur activité avec des solutions de paiements numériques. Au contraire, elle a vite été mis au ban par les cypherpunks et autres cryptophiles dont le but ultime est de surpasser les banques.

Le système bancaire comme cible unique du protocole Ripple

L’avancée technologique du protocole Ripple est indéniable. En permettant d’effectuer des paiements internationaux de manière quasi-instantanée, il profite à tous, aussi bien les banques que les particuliers. Toutefois, l’entreprise Ripple a souhaité se tourner rapidement vers le milieu financier en créant de nombreux partenariats. Elle s’est également conformée aux obligations bancaires en intégrant par exemple le processus Know Your Customer (KYC) à chaque transaction.

Pour envoyer un paiement transfrontalier, une banque peut utiliser le protocole Ripple directement depuis le compte bancaire du client expéditeur vers le compte bancaire du client destinataire. Le protocole peut alors gérer l’ensemble de la transaction, y compris la conversion de devises. Ripple peut également calculer instantanément le coût de la transaction au centime près, et signaler aux deux banques participantes que le client final a reçu son dépôt afin que les deux banques mettent à jour les comptes de leurs clients. Autrement dit, on comprend pourquoi les banques sont intéressées par le protocole…

La caractéristique principale du Ripple est qu’il a un objectif très spécifique. Il  est adopté par le système bancaire pour les paiements et envois de fonds transfrontaliers, interétatiques et interbancaires. Ripple vise in fine à être utilisé à la place du réseau interbancaire SWIFT. Pour cette raison, le prix de Ripple est fortement influencé par d’éventuelles adoptions du protocole par les institutions financières. En devant la crypto-monnaie des banques, elle prendra probablement de la valeur.

Conclusion

Entreprise Ripple, protocole Ripple, crypto-monnaie ripple… Difficile de distinguer les trois. Ce qui est certain, c’est que le nom Ripple ne laisse personne indifférent dans le monde des crypto-monnaies.

Ripple a fait un choix clair : se lier avec les banques et les institutions financières. C’est le grand reproche qui lui est fait. Mais, quand on y regarde de plus près, le protocole Ripple est clairement destiné vers les transactions bancaires. La crypto-monnaie n’est là que pour faciliter ces transactions.

La question à se poser est alors double : Ripple doit-il être effectivement associé aux cryptomonnaies classiques ? Ripple ne fait-il pas tout simplement la seule chose à laquelle il est destiné ? A vos crayons, vous avez 4 heures !

Vous trouverez sur ce lien le site officiel du Ripple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *